• J’en parlais dans mon article « 74 is the new 27 », (ici) et voici que Christophe à son tour nous a quitté à l’âge de 74 ans.

    Je ne savais pas trop placer Christophe sur l’échelle de mesure qui va du "totalement ringard" au "tellement moderne". Une chose est sure, je le trouvais assez émouvant.

     

    On redécouvre à 30 ans, ou 40 ans ce qui nous semblait complètement has been à 20 ans. Tout à coup les textes prennent un autre sens, les paroles se révèlent comme si nous avions été sourd ou aveugle, ou les deux, tout ce temps.

    On redécouvre les chansons qu’écoutaient nos parents et c’est comme une révélation. On comprend.

    Christophe est mort à 74 ans, emportant avec lui ses mots bleus, Aline, et son succès fou.

     

     

    Je t'aime et je t'aimerai toujours

    Mon presque premier amour

    Ma tendresse, mon bonheur, ma douleur

    Je t'enferme au fond de mon cœur 

     

    Nous serons tous deux comme des amoureux

    Nous serons si bien main dans la main

    Nous serons tous deux comme des amoureux

    Nous serons si bien main dans la main 

     

    Quand, où et comment le dire ?

    Ce grand amour qui me déchire

    Je t'aime et je t'aimerai toujours

    De l'aube à la fin des jours

     

    Nous serons tous deux comme des amoureux

    Nous serons si bien main dans la main

    Nous serons tous deux comme des amoureux

    Nous serons si bien main dans la main

     


    votre commentaire
  • Y'a tellement de choses dans ta tête Eliott, que ça doit sortir, c'est pour ça que tu parles tout le temps.

    Poke à ceux qui vivent avec ces enfants là :)

     


    1 commentaire
  • Bonjour la France, bonjour les confinés !

     

    En direct de mon chez-moi, jour 25.

    Toujours en télétravail mais heureusement, les enfants sont en vacances, eux. On n'a plus à jongler entre le cahier de maths, la classe de 6e en visio, l'impression des devoirs et cours du petit (merci l'Education Nationale, j'ai tué au moins 2 arbres à moi toute seule en 3 semaines). Du cup, pfffiouuu que faire de tout ce temps après 18 heures ?

    J'hésite entre prendre l'apéro et faire une petite séance de Fitness.

     

    Ca fait 25 jours que je ne vais plus au sport, (pas que ça me manque réellement, hein)que je ne marche plus au boulot, que je ne monte et descends les escaliers que pour descendre la poubelle, et encore, on peut pas dire que je sois très à jour.

     

    Partout fleurissent des cours en ligne, du yoga, du renforcement, de la zumba, ou je sais pas quoi. Mais est-ce vraiment pratique ?

    Est-ce vraiment réalisable, entre un mari qui se fout de nous quand on est déguisé en ninja, des enfants, un chien, un chat ? Et vous, vous en faites, vous y arrivez, ça marche, vous êtes motivés ?

    Vous êtes team #pyjamaAllday ou #troppas ?

     

     


    votre commentaire
  • Jour 18.

    Jusqu'ici tout va bien. L'équipage ne dénombre aucune perte.

    Le tableau de bord n'indique plus ni Nord, ni Sud, ni date précise. Nous naviguons à vue, avec des périodes approximatives, nous référant principalement au soleil et aux repas, qui jalonnent les activités de la journée : "va t'habiller c'est presque l'heure de manger", "finis tes devoirs c'est l'heure de gouter", "tiens c'est Quotidien, c'est bientôt l'heure de faire à manger".

    Le Capitaine est descendu 2 fois à quai pour ravitailler les moussaillons, se camouflant le visage et zigzaguant discrètement, tel un chat, à un bon mètre des brigands alentours, protégeant son butin et rentrant au pas de course.

    La maîtresse de maison, elle, semble sombrer peu à peu dans la folie. Elle a été vue, errant dans les couloirs, des traces de confiture sur le pyjama, tenant dans sa main la souris de son ordinateur, et récitant seule et à haute voix les dates-clef de la naissance du Judaïsme. Certains laissent croire qu'il s'agit-là du programme d'Histoire de son ainé, en 6e, mais rien n'a été réellement confirmé.

     

    Le shampooing va venir à manquer, ainsi que les capsules de café.

    Il nous faudra refaire un point rapidement, afin d'évaluer la dégradation de la situation. Terminé.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Confinement : «  les 100 activités manuelles à faire avec votre enfant », France télévision « tous les programmes éducatifs pour vos enfants »... Les mamans instagrammeuses photographes, Community manager, ou freelance « comment faire des gâteaux végans et sans gluten avec vos enfants dans la joie et la bonne humeur», « des activités créatives et ludiques sur notre chaine YouTube », « origami pour les enfants sages », « le yoga avec les petits », « planter vos plantes aromatiques et cultivez votre potager d’intérieur » … 

    Et sinon, on peut galérer tranquille à la maison ou bien ?

     

     

    Non parce qu’on a déjà du mal à s’organiser, à faire les devoirs, à télécharger les cours sur Oze ou Pronote, à faire réviser le petit. A laver, habiller et nourrir tout ce petit monde. Et EN PLUS assurer le boulot pour lequel on est payé. Accessoirement.

     

    Alors ce serait gentil de nous lâcher un peu avec ce qu’on pourrait ENCORE FAIRE EN PLUS DE MIEUX hein.

      

    On reste connecté toute la journée à nos mails et au site de l’Education Nationale pour voir les publications des profs qui doivent penser que les enfants s’ennuient. On télécharge, on enregistre, on modifie, on prend en photo les devoirs qu’on essaye d’envoyer 100 fois mais ça ne marche pas. Des documents Word, PDF, des documents qu’on doit recopier encore et encore, des fichiers audio en anglais où même nous les parents, on ne comprend rien. On partage notre ordi, notre smartphone, nos compétences.

     

    On fait réviser les tables, les divisions décimales, le passé composé, on doit se transformer en prof de français, de Maths, d’anglais, d’histoire-géo, de techno, de SVT (qui dit dans son cours « attention, les écrans pour un collégien c’est pas plus de 3h par jour » AH. AH. AH). Tu vas venir chez moi monsieur le prof de Sciences et Vie de la Terre.

    Tu vas dire à mon enfant que pendant que je suis en conférence avec mes collègues, pendant qu’il ne doit pas me déranger, que je suis au téléphone, il doit rester dans sa chambre à lire des livres. Toute la journée. Des livres qu’il a déjà lu bien-sûr. En silence. Et son petit frère aussi.

    Vous allez voir comme ça va bien marcher.

    Ou dites-leur d’aller dans le jardin. Ah ben non on en a pas.

    Ou de faire des activités calmes. Du coloriage, c’est bien le coloriage ?

     

     

    Les enfants doivent passer un certain nombre d’heures à s’occuper tous seuls.

    Sans sortir, sans prendre l’air, sans se défouler. Du tout.

     

    Quand on se déconnecte 1h en pleine journée pour s’occuper d’eux, c’est pour faire réviser les leçons, faire les devoirs, expliquer.

    Faut pas perdre de temps, faut être efficace, on ne peut pas rester trop longtemps hors ligne, hop hop hop.

    Et puis en fin de journée, c’est préparer le diner, les douches, le linge, la vaisselle, la vaisselle, LA VAISSELLE.

    Ah, et on essaye de trouver le temps pour faire un dessin à envoyer à mamie, histoire de lui dire qu’on l’oublie pas.

     

    Pour vous dire à quel point on a le temps de rien, on a loupé les 5 premiers jours où on voulait se mettre à la fenêtre à 20h pour applaudir avec le reste de notre quartier les infirmiers et les médecins. Tellement qu'on s'ennuie pas. Pfffioouu on voit pas le temps passer quand on s'amuse.

     

    Hier ouf, l’un de nous a regardé sa montre au bon moment. Ruée sur le balcon. Applaudissements nourris.

     

    On applaudit le personnel médical bien sûr, mais aussi tous ceux qui sont obligés de prendre des risques alors qu’ils n’ont pas signé pour. Les caissières, les facteurs, les livreurs, les conducteurs de métros, de bus, ceux qui maintiennent le réseau…

     

    Bon courage à tous, les gars, on tient le bon bout.


    votre commentaire