• Non Catherine, tu peux pas dire ça.

    C’est toujours une mauvaise idée de signer une tribune quand on est le seul nom très connu, et de devenir du coup le porte-parole de ce mouvement. On est en 1ere ligne pour se ramasser toutes les flèches qui tombent.

    Je trouve aberrant que des femmes puissent dézinguer le travail de fond qu’ont pu faire toutes les victimes sur la dénonciation des violences.

    Elles mélangent tout.

    C'est nul.

     

    Non, la drague lourde n’est pas du harcèlement, c’est vrai.

    Non, les victimes ne veulent pas enfermer tous les hommes qui les sifflent.

    Non, personne ne veut que nous devenions une nation puritaine.

    Il ne faut pas tout mélanger.

     

    Mme Deneuve n’a pas du prendre le métro depuis bien longtemps, parce que c’est devenu chose courante de se faire tripoter, frotter ou insulter dans les transports en commun. Tellement courant que les statistiques disent que presque 100% des femmes en feront l’objet un jour. Peut-être qu’elle ne trouve pas ça grave Catherine, ou déplacé, peut-être qu’elle trouve que c’est beaucoup de bruit pour rien.

     

    Peut-être qu’elle pense que notre cul est à disposition des inconnus de passage, et qu’ils se permettent de s’y frotter n’est pas dérangeant. Sur les ados, c’est inadmissible, mais sur les femmes adultes c’est tolérable ?

     

    100%

    Est-ce normal pour autant (est-ce que c’est devenu la norme) ?

    Est-ce moins grave parce que tout le monde le fait ? Bah ouais, apparemment.

    Faut donc fermer sa bouche, et offrir son corps au domaine public apparemment.

    Non, les femmes, les filles, jeunes, vieilles, moches, grosses ou pas, en jupe ou en doudoune, on le sait, devraient pouvoir s’habiller comme elles le souhaitent sans avoir à avoir peur de la réaction des hommes.

     

    Ce ne sont pas des animaux, les femmes ne sont pas des proies. Le viol n’est pas une affaire de vêtements ou d’attitude, c’est une violence, un abus de force et un traumatisme dont la plupart des victimes ne se remettent jamais.

    C’est inacceptable. Les filles ne doivent pas apprendre à s’habiller autrement, les garçons en revanche, doivent apprendre à respecter tout le monde.

     

    Et ce qui est inacceptable c’est de voir une centaine de femmes humilier les victimes une seconde fois. Dénaturer leurs propos et saper le travail de fond qui est fait pour que la société prenne en main ce problème.

    Le milieu du cinéma a lancé le 1er pavé dans la mare avec l’affaire Weinstein, mais c’est partout. Dans les grandes entreprises, dans les petites PME, à l’école ou à la fac.

     

    Comment ne pas avoir peur des conséquences quand on retrouve son prof tous les jours, ou son patron, ou son collègue en tête à tête dans un bureau ?

     

    Comment oser dénoncer son voisin de palier et rentrer chaque jour, au risque de le croiser ? Des années de terreur en perspective. 


    J’ai lu des commentaires absolument révoltants d’hommes (pour la plupart, mais pas que) qui s’indignaient de la proportion que ça prenait. Mais pas choqués par le nombre d’hommes qui ont abusés de leur pouvoir, non. Choqué de toutes ces femmes qui prennent la parole. Choqué qu’elles profitent de ça pour parler alors que ça fait longtemps, que ce sont des profiteuses, des filles en mal d’actu.

     

    Effectivement, la parole prend du temps pour se libérer, parfois plusieurs mois ou plusieurs années, et ce n’est pas vouloir faire le buzz, ou un effet de mode.

    Ils sont indignés ? Mais oui MOI AUSSI JE M’INDIGNE, BORDEL ! (Mais pas pour les mêmes raisons apparemment) 

    Et si c’était leur fille, leur femme, si elles se prenaient une main aux fesses régulièrement dans l’ascenseur au boulot, ou des bises trop près de la bouche tous les matins, ou des réflexions à peine subtiles sur la tailles de leur poitrine ou de leurs fesses, ou leur bouche qui doit servir à bien des choses, de la part de leur patron. Mais ce serait pour rire bien sûr. Faudrait pas qu’elles s’offusquent ces petites saintes Nitouches.

    Leurs femmes oseraient-elles parler le soir en rentrant de ce qu’elles subissent au quotidien, sans avoir honte ?

    Ces mecs-là, ils n’iraient pas défoncer la gueule du patron ? OOOOOOH QUE SI.

     

    Moi je dis, laissons faire le progrès. Laissons la parole se libérer, annulons les délais de prescription, un crime est un crime, peu importe le temps qui passe. Les mecs doivent payer pour ce qu’ils ont fait.

     

    Qu’on appelle au 1er rang ceux qui sont toujours passé à travers les mailles du filet, Roman Polanski, Woody Allen, Kevin Spacey, Harvey Weinstein, Denis Baupin, Gilbert Rozon, Tariq Ramadan, David Hamilton, (ah ben non il est mort), et tous les autres.

     



    Ces mecs-là sont les arbres qui cachent la forêt. Combien sont-ils ces gens qui se croient tout permis ?

     

     

    Non mais pour qui se prennent-ils sérieux ? Si la justice ou le karma existe, j’espère qu’un jour, bien au chaud dans les douches collectives d’un établissement payé par mes soins et les vôtres, ils tomberont sur des mecs très affectueux.

     

    (je serai pour une fois ravie de payer mes impôts, j'avoue)

     

     

    Bisou les gars.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :