• Il fait chaud, j’ai chaud.

     

    Il fait chaud, j’ai chaud.

     

    On est toujours là, à râler, et gna gna gna, il fait froid, il pleut, j’aime pas la pluie.

    On n’est jamais content. Et on est fier de dire que c’est une spécificité bien de chez nous. On est français nous madame, on n’est jamais content, c’est comme ça, épicétou. (français ET parisiens de surcroit, je vous laisse imaginer le niveau d’insatisfaction).

     

    Donc nous voilà, il y a quelques jours, en plein mois de mai, avec nos gilets, nos bottes, nos manteaux, et notre air renfrogné, à se lamenter du printemps qui n’arrive pas. Et voilà qu’en une semaine, c’est le plein été, on ressort les ventilateurs, on souffle pour enlever la poussière sur nos petites robes d’été qu’on pensait ne jamais pouvoir remettre, on met nos sandales qui nous font des ampoules, et comme on n’y était pas bien préparé, ben on n’est pas content. Et on râle

     

    Il faut dire que sur Paris, une chaleur écrasante c’est pas super agréable. On étouffe. Et la pollution, messieurs, dames on en parle ? D’ailleurs, vous avez acheté vos vignettes, amis franciliens ? Et ben non bien-sûr, on la connait la Anne Hidalgo, elle veut se faire du fric sur notre dos gna gna gna. Et on paye pour avoir une vignette qui nous interdit de rouler ? épiquoiencore ?

     

    Alors pour arrêter de souffrir (parce qu’on n’est pas venu là pour souffrir, okay ?) on prend la bagnole, on prépare un sac en paille avec un brumisateur, les casquettes pour les enfants, un chapeau de paille, et hop on va fouler les planches, on va prendre l’air sur nos belles cotes de Normandie.

     

    Mais non, mais alors, c’est le pompon, tout Paris à la même idée que nous, et on se paye des bouchons de la mort qui tue.

     

    On met 5h quand d’habitude on en met 2, les enfants pleurent, on crève de chaud, la voiture devant prend la file du télépéage alors qu’elle n’a pas la carte, ça retarde tout le monde, les parents sont excédés, tout ça pour se retrouver collés-serrés sur une plage ou une terrasse digne de la côte d’Azur au mois d’août (et croyez-moi les kikis, je sais de quoi je parle).

    On se promène une demi-heure, on boit un café ou une grenadine à 12€, on achète un petit souvenir, on prend quelques photos, mais on va pas tarder, hein, il risque d’y avoir du monde sur la route au retour.

    Sans parler du prix du parking, pour rester en plein soleil tout l’après-midi, perdre 2 couches d’épiderme en s’asseyant le soir sur les sièges en cuir, avoir les enfants qui re-pleurent, et bénir la clim, en attendant de rentrer chez nous où finalement, on est pas si mal !

     

    C’est sympa la Normandie, vous direz aux collègues lundi matin, à la machine à café en montrant vos marques de coup de soleil. Ah ça ? ah ah ah, non, c’est rien, je suis allée en Normandie. Tout le monde vous sourit, mais chacun SAIT que vous avez vécu l’enfer, on lit de la compassion dans leurs yeux, ne faites pas semblant .

     

    Et sinon, vous faites quoi le week-end, vous ?

    Il fait chaud, j’ai chaud.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    july
    Lundi 29 Mai à 13:51

    T'avais qu'à aller en Auvergne, comme nous. Personne sur la route, personne dans les villages (bon c'est sûr y a pas la mer, y a les champs et les vaches, mais au moins on n'est pas embêtés!) ;)

    2
    Goldie
    Lundi 29 Mai à 14:26
    T'as qu'à y vivre en Normandie, tu verras : on connaît tous les plans pour éviter de fréquenter les endroits envahis par nos amis les touristes parisiens ! ;)
    3
    Gwen
    Lundi 29 Mai à 15:23
    Nous avons tester les bouchons normands ce we... à l'aller et au retour mais ça valait le coup car super we en famille!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :