• Ce n'est pas la journée de la femme, nom d'une pipe !

    Je constate avec dépit que les mentalités ne changent pas beaucoup, même dans nos pays soit disant civilisés.

    Aujourd’hui 8 mars, ce n’est pas la journée de la femme.

    Non.

    Ce n’est pas le jour où il faut offrir un bouquet à votre femme. Ce n’est pas le jour où il faut lui dire qu’elle est jolie. Ce n’est pas le jour où il faut la réduire à ce joli petit objet décoratif qu’elle n’est pas.

    C’est la journée internationale des droits de la femme.

    Subtile différence.

    On ne célèbre pas la femme. On lutte contre les inégalités. Ce qui n’est quand même pas du tout la même chose.

    Si on pouvait une bonne fois pour toutes s’occuper des agressions que les femmes subissent dans la rue ou dans les transports. Parce qu’à Paris, par exemple, sachez que presque 100% des femmes seront un jour victime d’agression physique ou verbale, et de harcèlement.

    100%.

    Est-ce normal ?

    Peu importe la jupe, le pantalon ou le maquillage.

    On prend le métro, un homme que le hasard a amené dans notre rame au même moment pense qu’il a le droit de nous toucher les fesses ou les seins, de nous dire des trucs dégueulasses, et nous on serre les dents et on attend que ça passe.

    Est-ce normal ?

    Les agressions verbales, les mains baladeuses, les discriminations à l’embauche, la lutte pour avoir un salaire équivalent à celui des hommes.

    Les congés maternités qui freinent les évolutions de carrière.

    Les crèches qui n’appellent que les mamans quand les enfants sont malades.

    Les pays qui remettent en cause le droit à l’avortement.

    Est-ce normal ?

     

    Si les patrons pouvaient garder leurs bouquets et plutôt arrêter de sous payer leurs collaboratrices ce serait déjà une bonne chose.

    En Europe, les filles réussissent globalement mieux à l'école et sont statistiquement plus performantes et plus diplômées. En 2006, 81% des jeunes femmes européennes âgées de 20 à 24 ans ont un diplôme du second cycle de l’enseignement secondaire contre 75% des jeunes hommes du même âge. Et pourtant en arrivant sur le marché du travail…

     

    Bien-sûr ces combats sont peu de choses comparés aux montagnes à affronter dans certains pays. Cette journée est pour toutes les petites filles qui n’iront jamais à l’école. Qui n’auront pas le droit de se plaindre, qui seront vendues et mariées à de vieux grands-pères. Qui seront mères à 14 ans. A toutes celles qui n’auront pas de ressources nécessaires pour vivre seules. A celles qui seront lapidées parce qu’elles auront été violées par un voisin ou un cousin, et qu’elles auront apporté le déshonneur sur leur famille.

     

    Aux femmes qui n’ont pas le droit de conduire, de voter, de se coiffer ou de s’habiller comme elles le veulent. A celles qui pleurent tous les jours et toutes les nuits. A celles qui sont privées de leurs enfants. A toutes ces femmes qui se battent partout pour gagner du terrain chaque jour. A toutes celles qui voudraient plus d'égalité et de respect. Cette journée est pour elles.

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :