• Ce mois-ci c'est le Printemps, les amis.

    Et CA, c'est une bonne nouvelle.


    1 commentaire
  • Je fais des gâteaux le week-end pour les soignants, je fais des boites de Noël pour les démunis, je donne ce que je peux, à qui je peux, quand je le peux (pas toujours, et pas systématiquement non plus). Je fais des dons aux restos, à la fondation des femmes (tellement importante cette assoc), aux pièces jaunes, ou à la Croix Rouge de temps en temps.

    J’écris sur ce blog, et sur FB, et sur Instagram, je relaie. J’écris régulièrement des lettres aux personnes âgées dans les EPHAD de France, pour leur parler de tout et de rien, je leur envoie des dessins des enfants.

    Je fais partie d’une association de parents d’élèves aussi. Pour veiller, pour apporter mon petit caillou à l’édifice, telle une bonne petite fourmi.

     

    Il parait qu’il n’y a pas de bonnes actions gratuites. Qu’on fait tout ça pour une reconnaissance quelconque, parce que c’est valorisant, parce que c’est rassurant ? Parce que ça nous conforte dans notre bonne condition et nos bonnes manières, parce que ça fait des sujets autour de la machine à café ?

     

    Est-ce qu’au jugement dernier, quand j’arriverai avec mes valises et mes bonnes actions dans un baluchon, assis sur son grand fauteuil Jésus me mettra une bonne note ? Est-ce qu’Il me regardera de bas en haut en levant un sourcil, checkera ma liste finale des plus et des moins dans deux colonnes (de celles que j’aime tant faire), et dira "Ok, toi tu rentres".

    J’ignore pourquoi je fais tout ça.

    Est-ce une compensation ? Il faudrait que je demande à mon psy imaginaire, ou à mes Kangoos, elles sauraient me dire, elles.

     

    J’ignore si je suis vraiment gentille (spoil : Non). J’ignore pourquoi  je veux tant me rendre utile, pourquoi j’ai envie d’aider les autres, et pourquoi j’ai envie que tout le monde le fasse. J’ai envie de hurler et que tous les gens ouvrent les yeux et le cœur. Nous sommes de grands privilégiés. Parce que j’ai un toit au-dessus de la tête, parce que mes enfants sont scolarisés, parce que j’ai moi-même été scolarisée, parce que j’ai le frigo plein et des masques à volonté.

     

    Parce que j’ai de la chance. Parce que je suis bien née, parce que j’aime mon pays et j’admire ceux qui tentent de le diriger, même si c’est pas parfait. Je suis docile malgré mon caractère et mes convictions, je suis un bon petit soldat, un bon petit mouton diront d’autres (pas faux).

     

    Je l’aime de tout mon cœur, parce que c’est un beau pays qui apporte tant de choses au monde. Notre passé, notre Histoire, nos révolutions.

     

    Des gens se sont battus pour nous, pour nos droits, ils ont foulé les mêmes rues que moi, des années plus tôt, se serrant les coudes en manifestant, pour que je puisse marcher, moi, dans leurs pas, sereine, en tenant mes enfants par la main.

     

     

    J’y crois toujours. Je crois que le monde est bon, puis je lui pardonne le monde, même quand il continue, même quand j’lui tends ma 8e joue pis que j’attends son 8e coup, pis qu’il me l’donne, comme chante Lynda Lemay (vous avez la ref ?).

     

    Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait, des choses vont disparaitre, d’autres vont se créer mais ce qui est sûr, c’est que nous aurons toujours besoin les uns des autres. Besoin les uns des autres aujourd’hui, et aussi demain.

     

    Nous aurons besoin de gens qui ouvrent la voie pour nous, avant nous. Et nous aurons besoin de jeunes qui réparent nos bêtises d’ignorants, prenons soin d’eux. Prenons soins les uns des autres, les anciennes et les nouvelles générations, tous ensemble. L’histoire est importante. J’aime notre pays pour ça.

    Bref, tout ça pour dire qu’on prépare une méga collecte pour aider les étudiants qui galèrent en ce moment. 

    Si vous voulez jeter un œil aux comptes ci-dessous sur Instagram (copie colle les liens, là, allez) :  

    @Vosgateaux

    @boitesdenoel_idf

    @fondationdesfemmes

    @restos.du.coeur

    @1lettre_1sourire 

     

    N'hésitez pas à vous engager sur une petite action, ça coute pas grand chose, ni en temps, ni en argent. Allez, choisis-en une, et dis-moi si t'as besoin d'aide !

     


    votre commentaire
  • Influencée par la pelletée de comptes culinaires que je suis sur Instagram et Facebook, je me lance parfois dans des tests plus ou moins réussis. 

    J’ai donc essayé les plaquettes de chocolat maison, suite à la vidéo de chefclub.tv (pas pour moi bien-sûr, uniquement pour les enfants, vous vous doutez bien).

     

    On découpe une brique de lait ou de jus de fruit en carton, qu’on rince préalablement bien évidemment.

    On fait fondre au bain marie une tablette de chocolat pâtissier au choix (lait, noir, praliné, blanc, etc.)

    Miam !

     

     

    Et on verse dans le moule, avec une feuille de papier cuisson dans le fond pour que ça ne colle pas.

    Après, libre à vous d’y mettre ce que vous voulez, menthe, fruits confits, M&M’s, noix de coco, noisettes, morceaux de cookies, etc. Tout est possible, tout est envisageable.

     

    Ici le choix s’est porté sur une tablette au lait, des noisettes et amandes entières et des Smarties. Pour un test, j'ai pas pris trop de risques.

     

    Il restait un peu de chocolat, donc j’ai rempli des moules a glaçons pour que les garçons aient des bâtons de chocolat aux Smarties.

    Idée à garder pour les prochains gouters d’anniversaire, en version bâtonnets, ou sucettes en chocolat ?

     

     

    On laisse refroidir à l’air libre un moment, puis figer ensuite au frigo. Franchement ça se démoule tranquille.

    La prochaine fois je tenterai un chouilla moins épais (bien que c'était tout à fait raisonnable pour une tablette), et je ferai une association chocolat blanc / amandes / pépites de chocolat noir. Ca va défoncer.

     

     

    Peut donc mieux faire, mais : Essai validé ! 


    votre commentaire
  • Bye bye l’année du Rat, et bienvenue l’année du Buffle !

    Dans le calendrier chinois, chaque année est associée à un des douze signes du zodiaque, représentés par des animaux, qui revient de façon cyclique tous les 12 ans : rat, buffle, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien, cochon. La nouvelle année est aussi liée à un des cinq éléments cosmogoniques : Bois, Feu, Terre, Métal, Eau.

     Nouvel an chinois

     

    Le 12 février, la Chine fêtera le Buffle (de métal) qui, parait-il est Volontaire, besogneux, rigoureux et patient.

    Cette année il va falloir se remettre au boulot et ne pas trop tergiverser avec les valeurs traditionnelles (comme le travail, la famille, la prudence, ou la persévérance). Pas question de rêvasser, d’oublier ses responsabilités, de se la couler douce ou de brusquer les choses, cette année : il faudra plutôt assurer, consolider et/ou construire.

     

    Cette année les signes à l’honneur :

     

    LIEVRE : Préparez-vous à briller ! L’année du Buffle exaltera vos talents et vous offrira toute sa superbe. À la vôtre ! 

    COQ : Brillante, sérieuse et efficace, rien ne vous arrêtera cette année. Seul votre cœur pourra ralentir vos projets (mais il n'en sera rien).

     

    Une année bof pour :

     

    SERPENT : Préparez-vous a de grandes remises en question cette année mais aussi de belles mutations. Ayez confiance en votre pouvoir d’adaptation.

     

    Nouvel an chinois

     

    Et vous, quel est votre signe ? Serpent comme moi, tigre comme ma mère, Rat comme Jean-Claude Vandamme ou Dragon comme Jean-Michel Blanquer ?


    votre commentaire
  •  

    On fait tout ce qu’on peut depuis un an pour mettre des paillettes dans la vie de nos enfants.

     

    On s’agite, on fait des grands gestes, on rigole très fort pour que « eh les enfants , regardez tout va très bien ! ». On s’épuise à trouver des solutions, pour que l’anniversaire soit presque normal, pour que Noël soit presque normal, pour que le quotidien soit presque normal. Malgré les masques, le gel, les gens qui tombent malade, malgré le manque de contact, la famille qu’on ne voit plus, les amis qu’on ne voit plus. On pense à 1000 choses pour que le rideau de fumée soit parfait. On joue, on découpe, on fait des bonhommes de neige, on photographie, on colle, on colorie, on pâtisse, on essaye de combler tout ce vide que le manque de vie sociale laisse dans nos vies. On comble le manque de sorties, le manque de sports, de visites, de week-ends, de vacances.

     

    C’est fatigant mais nécessaire. Mais On arrive au bout. J’arrive au bout. Je fais mon maximum, mais je n’ai plus ni motivation, ni d’idées. On peut faire comme si, mais à un moment faut qu’on voit la lumière au bout du tunnel. Et là mon tunnel se rétrécit de plus en plus, il est où l’horizon ? Je suis fatiguée de tout ça. Je me répète tous les jours qu’ils ne méritent pas ça. Ni les petits ni les grands d’ailleurs. Ni moi, ni les personnes âgées et/ou isolées.

     

    Je pense aux enfants qui grandissent dans ces conditions qui ont l’air de trouver tout ceci plus ou moins normal (n’est-ce pas le pire ?) et je pense aux ados de 15, 16, 17 ans qui doivent se construire, qui doivent débattre avec leurs copains pour se forger une conviction, un avis sur la vie, refaire le monde, devenir adulte. Comment faire en restant enfermés avec leurs parents, entre 4 murs, devant des informations omniprésentes et anxiogènes ? Je me revois au même âge, je pense fort à eux, et à tous les autres.

     

    Et je pense aux miens, à mon noyau, à mes poussins, j’ai envie de leur dire que tout ira mieux en les serrant fort dans mes bras, mais je n’en vois pas le bout. Je suis le capitaine de mon bateau, et je tiens bon la barre. Je ne sais pas où on va, mais on y va. 2021 va être agitée à n’en pas douter.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique