•  Les voici les voilà… MES 1eres CITROUILLES !

      

    Comme une bécasse, je suis allée chez le primeur pour les acheter, et bien non, il n’y en avait pas, il n’y avait que des potimarrons…

    Alors sur les conseils de ma copine Gwen, je suis allée chez le fleuriste, et Bingo ! Ils en vendaient.

    J’ai ensuite appelé ma copine Laëtitia (oui tout ceci est un travail d’équipe), pour savoir comment faire pour réaliser une jolie citrouille de Halloween, parce que elle, elle en avait déjà fait l’année dernière, et une super chouette.

    Donc on a les citrouilles. On prend un crayon, et un bon couteau bien solide.

      

      

    Etape 1 : On découpe le chapeau, en biais, pour pas qu’il tombe au fond quand on le repose     

     

    Etape 2 : On s’arme d’une cuillère a soupe, et on creuse l’intérieur de la citrouille. Attention, c’est dégueu. Plein de fils et de pépins. On vide bien tout.

      

     

      

    Etape 3 : On dessine les yeux, la bouche, le nez, et ensuite, avec un couteau lisse plus petit, on taille la citrouille.  

     

    C’est pas bien dur en réalité, mais il faut avoir de bons outils. Je suis un peu déçue des miennes, mais pour une première, ça aurait pu être pire.

    Verdict ce soir avec une bougie dans chacune…

    Je vous montrerai les déguisements et maquillage. Et vous vous faites quoi ?

     

    Happy Halloween les amis !

     


    votre commentaire
  • Le site du jour c’est https://www.rebelcircus.com   

      

    Des vêtements et accessoires pour hommes, femmes et enfants. Des têtes de mort, des sacs rigolos, des robes avec des tatouages, des accessoires culinaires, capillaires, pour la salle de bain ou pour la chambre… 

      

    Allez on se la joue rebelle, on fonce voir et on se fait plaisir !!

     

    Le site du jour Le site du jour Le site du jour Le site du jour


    votre commentaire
  • Ca y est j’ai terminé le livre de Valérie Trierweiler.

    Bon je ne l’ai pas acheté, j’ai fait comme tout le monde, je l’ai reçu par mail, comme un truc top secret qu’on se passe sous le manteau. Tout le monde veut le lire, mais personne ne veut dépenser de l’argent pour ça. Je fais partie de ces personnes.

    Alors donc, quoi. Bon, je devrais bien l’aimer cette Valérie, elle a tout ce que j’aime chez les héroïnes modernes, elle est belle, rebelle et plutôt directe. Elle est issue de rien, et elle a atteint le haut des marches de l’Elysée. Malgré tout, non, je n’arrive pas à la trouver sympathique.

    Je n’aime pas plus Julie et Ségolène, non. Je n’ai pas de parti pris, juste je la trouve antipathique, et un peu hautaine. Je n’arrive pas à croire ce qu’elle écrit, je n’arrive pas à la trouver sincère.   

      

    Merci pour ce moment

      

      

    Quant au livre, que dire… Ca n’est pas du Kafka, c’est pas bien compliqué on arrive à le lire sans peine, c’est écrit facilement, et ça se dévore comme un roman Arlequin à lire sur la plage l’été… Nous avons donc la pauvre Valérie, qui pleure, qui tente de se suicider, Valérie l’amoureuse, la passionnée, Valérie qui aime les pauvres et les associations caritatives et qui les énumère comme des expériences sur un CV. Tout ça avec pas mal d’allers-retours passé présent, ça donne un peu mal au crane, mais bon, passons.

     

    Pour vous faire une idée, voici quelques extraits choisis.

     

     

    Catégorie Valérie sans-le-sou

     

    Pas une fois dans ma vie, je n’ai demandé d’argent à quiconque. Qui plus est à un homme. Je n’ai pas oublié cette scène où ma mère s’est rendu compte dans un supermarché qu’elle avait perdu son porte-monnaie. Je revois sa panique, elle se demandait comment elle nous nourrirait les jours suivants.

    J’ignore quel âge je pouvais avoir à l’époque, mais son expression malheureuse est restée gravée dans ma mémoire.

     

    Mon père était inconscient. Il a pu être sauvé, mais pas sa jambe.

    Il a sans doute laissé également dans ce fossé sa joie de vivre. Le jour où j’ai lu cet article, juste une brève, j’ai réalisé quel avait été le drame de mon père. Et j’ai pleuré toute seule, en pensant à ce qu’il avait subi.

     

    L’un de mes pires souvenirs est d’avoir dû me chausser des « godillots » de mon frère pour aller à l’école primaire. Mes chaussures avaient dû lâcher ce jour-là, ma mère n’avait pas trouvé d’autre solution. Je refusai de partir à l’école ainsi.

    Je n’ai pas eu le choix, j’ai fait le chemin en pleurant. Et je suis restée le temps de la récréation assise dans un coin, sans bouger, le cartable sur les pieds.

     

     

    Catégorie Valérie mélodramatique

     

    Cette fois, il veut marquer la fin. Ma nuit est agitée de cauchemars et d’hallucinations, sous l’effet des médicaments. Je me réveille en sursaut, convaincue que quelqu’un est dans la pièce. Je pense à François ouvrant ses bras à une autre femme. Qui a fait le premier pas ? Que lui a-t-il dit de nous ? Que cherchait-il chez elle que je ne peux pas lui donner ? Les images me blessent, je les repousse, mais elles remontent, encore et encore. Elles m’étouffent et je m’étrangle dans mes

    sanglots.

     

     

    Il est à peine plus de 20 heures, je suis sous ma couette sans la moindre envie de dîner. Mon ordinateur sur les genoux, je regarde ce film tragique. Je me coupe du monde et je ne sais plus pourquoi je pleure, le film ou ma vie.

     

    Il est devenu trop dur, tellement différent, indifférent, et j’ai le sentiment qu’il ne m’aime plus.

    Il essaie de m’entraîner pour aller vomir. Je tombe inanimée sur le canapé. Je ne sens plus mon corps, je ne parviens pas à parler mais j’entends, comateuse.

    Mon geste est un appel au secours. Sauf que je ne perçois rien d’autre que son silence. Il ne m’adresse pas une parole, ne prononce même pas mon prénom. Il m’allonge les jambes, touche mon front et part. Je reste seule. Pas un médecin ne viendra me voir. . . Personne.

     

    Je ne me souviens de rien, écrasée par les somnifères. Je me réveille le lendemain vers midi.

     

    Tous ces sacrifices pour être jetée comme un mouchoir usagé, en l’espace d’un instant et de dix-huit mots.

     

    Je suis au volant de ma voiture, à vive allure sur l’autoroute pour rentrer chez moi, et je ne vois plus rien tellement je pleure. Ces larmes sont incompréhensibles.

    Sont-elles celles de la journaliste qui vient de se faire « piquer son sujet » ou celles d’une femme qui se sent trahie ? Déjà, la trahison. . . Je suis toujours en larmes en arrivant chez moi. Lui a demandé à visiter tout le journal, cantine comprise, espérant m’y trouver.

     

    Mais François s’agace et me rembarre violemment.

    Je ne comprends pas sa réaction. Cette minute qui aurait dû être un instant de bonheur vient d’être gâchée. Je vais m’enfermer dans la salle de bains attenante.

    Pour moi aussi, la tension a été très forte et se relâche. Je ne me sens plus capable d’aller place de la Cathédrale. Je m’effondre, assise par terre, sur le carrelage.

     

    Je m’effondre en larmes, d’émotion et d’immense frustration mêlées. Je regrette tellement de ne pas être à ses côtés. J’attends son appel avec une fébrilité de jeune fille. Il viendra mais sera tellement bref, François s’apprête à monter dans la voiture avec un journaliste pour rentrer à Paris.

     

     

    Valérie qui conclut

    J’ai envie de vivre, d’écrire d’autres pages de cet étrange livre, de ce singulier voyage qu’est une vie de femme. Ce sera sans toi. Je n’ai été ni épousée, ni protégée. Puis-je seulement avoir été aimée autant que j’ai aimé.

    Paris, le 31 juillet 2014

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Qu’est ce que j’apprends ?

     

    Que Jean-Paul Gaultier met un terme à sa ligne de Prêt à Porter ? Mon cœur se brise. Parce que jamais mon portefeuille ne me permettra d’acheter une pièce de Haute Couture. Déjà qu’en prêt à Porter c’est pas donné…

    Jean-Paul Gaultier, que j’aime d’amour depuis que j’ai 16 ans ! Ses collections incroyables, ses défilés fous, ses imprimés magnifiques, ses mannequins hors norme... Fort dommage, mais il aura fait 38 ans de Prêt à Porter quand même…  

      

    Voici quelques exemples de sa dernière collection, Prêt à Porter Printemps Eté 2015, qui était sur le thème des Miss, avec Rossi de Palma en caricature de Geneviève de Fontenay. Classe. (non Rossi n'est pas la jolie demoiselle ci-dessous)

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires